Nos petits films intérieurs

Combien de querelles et de malentendus aurions-nous pu éviter ? Combien de disputes n’auraient jamais dû exister ?

Rien ne sert de nous culpabiliser. Ce qui est passé, est passé. Ce qui compte, c’est d’apprendre de notre passé afin de réagir autrement et de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Voici une histoire qui pourrait vous éviter beaucoup de désagréments à l’avenir.

 

panne de voitureJean et Christine reviennent d’une agréable soirée passée chez des amis. Si agréable qu’ils n’ont pas vu le temps passer et qu’il est plus tard qu’ils ne l’auraient souhaité. Il ne faut plus perdre de temps, il faut libérer la baby-sitter, et demain… Demain la vie reprend. Il faudra se lever, aller conduire les enfants à l’école, partir travailler…

Jean est déjà occupé à penser à tout ce qu’il devra faire demain, quand tout à coup, un bruit le fait sortir de ses pensées, il ne contrôle plus aussi bien la voiture… Il faut se rendre à l’évidence, ils ont crevé !

Jean sort de la voiture et constate qu’en effet son pneu arrière droit est percé. Il fouille son coffre à la recherche de son cric. Il a beau tout retourner,… il ne le trouve pas ! C’est à ce moment qu’il se rappelle l’avoir prêté à son cousin, qui bien sûr ne lui a pas rendu.

Ce n’est pas grave lui affirme sa femme, nous venons de dépasser un village, il y avait certainement un garage.

C’est ainsi que Jean se retrouve seul, en pleine nuit, sur une route de campagne non éclairée. Il est fatigué et agacé par cet incident.

Il ne voit rien, qu’une très faible lumière au loin vers laquelle il se dirige. Tout en marchant, il se met à penser… Et si il n’y avait pas de garage dans ce village… Il y a des tas de villages où il n’y a pas de garage, et quand bien même il y aurait un garage, à cette heure de la nuit, il est fermé ! Rien ne dit que le garagiste habite sur place ! Et s’il habite sur place, je vais probablement le réveiller, il va être de mauvaise humeur, il ne voudra sans doute pas nous aider…. Je connais les gens du coin,…Ils ne sont pas très sympathiques avec les inconnus…

Jean est maintenant bien énervé, je dirais même en colère.

Lorsqu’il arrive enfin au village, il trouve tout de suite un garage. Au premier étage, une lumière bleutée filtre à travers les volets…Quelqu’un semble regarder la télévision !
 


 
 
Prénom
Email 
Pays 

Jean sonne à la porte d’entrée et dès qu’il aperçoit l’homme qui entrouve ses volets, il lui crie : « Eh bien, puisque c’est comme ça, vous savez ce que vous pouvez en faire de votre cric ? Vous pouvez vous le garder ! »

Vous avez certainement déjà vécu ce genre de situation.

Nous le faisons tous.

Nous suivons nos idées !

Nous nous persuadons que nous ne pourrons pas obtenir ce que nous souhaitons, que notre patron ne nous octroiera jamais de promotion, que notre conjoint n’acceptera pas de nous rendre tel ou tel service…

Vous vous souvenez certainement de conversation où la personne en face de vous semblait savoir mieux que vous ce que vous pensiez…

Mes enfants et moi, qui connaissons cette petite histoire depuis longtemps, avons un petit truc pour éviter ces petits films que nous nous faisons mentalement, ces conversations stériles, et les disputes qui peuvent en découler…

Dès que nous voyons l’autre partir dans ses histoires, se faire un film, que ce soit à notre sujet ou au sujet d’une personne ou d’un évènement extérieur,… On le lui signale : « Attention, tu te fais un cric! »

Cette petite habitude toute simple, nous a déjà évité pas mal de tourments !

J’espère qu’elle vous évitera à vous aussi de tomber dans ce piège tendu par nos propres idées…

Ces idées négatives qui nous font mal interpréter les dires ou les actes des autres, ces pensées sorties tout droit de notre imagination qui nous font croire que les choses vont forcément mal se passer, toutes ces peurs qui sont au fond de nous qui nous empêchent de demander par craindre d’être rejeté ou que l’on réponde NON à notre requête.
 


 

Posez-vous la question : Quels sont les faits ? Et si une interprétation de ces faits vous vient de suite à l’esprit, demandez-vous si vous ne pouvez pas les interpréter différemment.

Et enfin, osez ! Si vous ne posez pas de question, vous n’en connaîtrez jamais la réponse ! La réponse pourrait-être un grand OUI ! Qui sait ?

PS : N’hésitez pas à vous inscrire au cours gratuit de développement personnel.
Cela pourra réellement vous aider, on y apprend, entre autres, à prendre conscience de nos pensées, de nos émotions, à prendre du recul et à gérer notre stress … :

http://www.loptimiste.org/cours-gratuits.html

Site de conférences de développement personnel gratuit :
http://www.loptimiste.org/conference

 

Sandrine vp__
Par Sandrine Van Parys
Rédactrice pour Ressources & Actualisation

LOPTIMISTE

Pour vous accompagner
dans votre cheminement personnel
Ma Campagne
16000 Angoulême
sandrine@loptimiste.org

Comments

  1. Belle histoire !!!
    C’est du concret.
    On comprend parfaitement le message.
    Merci Sandrine

  2. Jean-Yves Godefroy says:

    Bonjour. j’adore vos histoires pleines d’humour et de sagesse en toute simplicité.
    Amicalement

  3. Sanaa Daoudi says:

    C’est une leçon de vie. Que de mauvaises interprétations des attitudes ou des actions des autres ont provoqué des conflits qui auraient pu être évités. En prenant du recul, nous vivons mieux. Je vous remercie Sandrine pour toutes ces histoires qui nous font bien réfléchir avant d’agir.

  4. merci pour cette belle histoire
    oui, cela m’arrive souvent de faire ce genres d’interprétations négatives .

  5. bonjour sandrine! magnifique histoire! imaginer négativement la scène, avant de la voir. c’est très mauvais car souvent on se trompe.

Laisser un commentaire

*