La culpabilité

La culpabilité… le pire des poisons !

 

k45094 À une époque, Thich Nhat Hanh (sage bouddhiste) organisait des retraites pour les vétérans de la guerre du Viet Nam. C’est lors de l’une de ces retraites qu’il rencontra Jhon.

Jhon avait une histoire particulièrement lourde à porter, ses souvenirs, ses remords le rongeaient de l’intérieur depuis de longues années.

Au moment des faits, Jhon était un jeune G.I. américain.
En mission dans la jungle, son unité avait été attaquée par des rebelles vietnamiens. Il était l’un des seuls survivants. Il avait vu certains de ses amis agoniser et mourir sous ses yeux.

Suite à cet évènement, des sentiments de colère et de haine s’étaient embrasés en lui, qui le poussèrent à se venger.

 
Prénom
Email 
Pays 

Son plan était simple, empoisonner de la nourriture qu’il laisserait à l’abandon dans la jungle.
Des Vietcongs finiraient bien par la trouver, ils mourraient à leur tour dans d’horribles souffrances… Malheureusement, ce ne sont pas des vietcongs qui découvrir en premier la nourriture empoisonnée, mais cinq enfants d’un village voisin.

Il était trop tard, une fois le poison ingurgité, la seule possibilité aurait été d’aller rapidement dans un hôpital pour administrer un antidote, mais le premier hôpital était à plusieurs heures de là.

Jhon était revenu aux États-Unis, il ne faisait plus partie de l’armée depuis de nombreuses années, mais il ne s’était jamais remis de cet épisode.
La culpabilité le rongeait !

La seule personne à qui il avait osé se confier était sa mère, mais elle n’avait pas réussi à soulager sa conscience.

 


 

La présence d’enfants était devenue insupportable à Jhon tant sa douleur était grande.
L’image de ces cinq enfants, morts des conséquences de sa colère, le hantait.
Il ne parvenait pas à s’en libérer. Il y pensait tous les jours.

C’est dans cet état d’esprit qu’il arriva à la retraite organisée par Thich Nhat Hanh.

Le moine vietnamien bouddhiste l’écouta attentivement, et lorsqu’il eut finit son récit, il lui répondit que la mort de ces enfants n’était pas une bonne chose, que ce n’était pas un bon karma.

Mais que le passé est le passé, on ne peut rien y changer !

Par contre, on peut agir sur le présent et changer l’avenir !

Il expliqua à l’ancien soldat qu’il pouvait faire quelque chose de bien ce qui neutraliserait les mauvaises actions passées.

Thich Nhat Hanh rappela au vétéran que chaque jour, de nombreux enfants meurent parce qu’ils n’ont pas accès aux médicaments qui pourraient les sauver.

Il lui affirma qu’il était possible d’agir MAINTENANT. Qu’il pouvait sauver, non pas cinq enfants, mais des dizaines, des centaines d’enfants de par le monde.

Cinq minutes de discussion avec cet ancien G.I. suffirent à changer radicalement son état d’esprit.


 

Jhon a parcouru le monde, il a utilisé les compétences et les connaissances acquises au cours de ses années de services dans l’armée pour venir en aide à des enfants aux quatre coins du monde.

Sa tristesse, ses remords, sa culpabilité se sont transformés et ont laissé place à une énergie positive, à sa détermination, à un désir fou…celui d’aider des petits inconnus en détresse disséminés sur notre planète. Jhon put enfin retrouver la paix.

Pour les bouddhistes, tout évènement, qu’il soit positif ou négatif, est une opportunité, une occasion de nous libérer d’un mauvais karma.
Nous avons tous, parmi nos souvenirs, des pensées, des paroles, des gestes, des actions que nous regrettons.

Nous les remémorer sans cesse, et nous culpabiliser ne sert à rien.

L’histoire de Jhon nous prouve que même une action aux conséquences désastreuses peut engendrer un processus positif.

Je vous souhaite bonne route à tous.
N’attendez pas que le bonheur vienne à vous, travaillez-y dès aujourd’hui !

http://www.loptimiste.org/cours-gratuits.html

Site de conférences de développement personnel gratuit :
http://www.loptimiste.org/conference

 

Sandrine vp__
Par Sandrine Van Parys
Rédactrice pour Ressources & Actualisation

LOPTIMISTE

Pour vous accompagner
dans votre cheminement personnel
Ma Campagne
16000 Angoulême
sandrine@loptimiste.org

Comments

  1. merci pour votre altruisme

  2. merci pour cette merveilleuse histoire . je suis une personne agée , seule vos histoires me tiennent compagnie et me font oublier ma solitude merci encore

  3. lucien ayotte says:

    Merci pour ce beau témoignage et belle histoire
    et ceci est une belle leçon de la vie. Merci.

  4. carylchessman says:

    TRÈS EMOUVANTE COMME HISTOIRE ET MERCI POUR CE PARTAGE

  5. Merci beaucoup Sandrine, voilà une histoire qui me parle beaucoup…
    J’ai souvent connu la culpabilité et j’essaie de m’en défaire petit à petit mais parfois, elle revient à la charge ! Je vais essayer de penser cette histoire dans ces moments-là pour la transformer en actions positives…

  6. merci.mais cmt fait-on justement pour voir le bon cote des choses?
    aidez moi svp

    • Bonjour Jojo,
      Voir le bon côté des choses, c’est un entraînement de l’esprit ! Lorsqu’il vous arrive quelque chose qui vous semble négatif, essayez de trouver ce qui pourrait être positif dans cette situation. Par exemple: il pleut alors que vous aviez envie d’aller vous promener. Plutôt que de râler, dites-vous : super, je n’aurais pas à arroser le jardin aujourd’hui ! Vous avez une dépense imprévue…c’est l’occasion d’apprendre à dépenser moins ou l’occasion de vous surpasser en trouvant une autre source de revenus…
      Ce n’est pas un exercice facile, mais quand on commence à en prendre l’habitude, ça peut sembler étonnant, mais ça devient un vrai jeu.
      Quand un problème survient, la question est : comment vais-je surmonter cette épreuve, quelle est la solution que je vais trouver…ça devient ludique !

  7. D’evidençe, le christianisme est très proçhe du bouddhisme Ce qui est demandé, c’est le repentir,symbole d’ouverture, et non le remords qui detruit

  8. soro Kadiena Souleymane says:

    Soro KS herve says. Merci infiniment maman Sandrine que le tout puissant vous donne longue vie. Je vraiment dépassé par tes enseignements. Encore merci…

  9. Edmond Maecel Souchon says:

    Pensée

    Si la charite etait un fruit la gentillesse serait sa fleur. Quand un pauvre vous tend la main,serrez lui la main avant d’y mettre l’aumone.

  10. La vie nous donne toujours la possibilité de réparer nos erreurs; mais le plus souvent, notre ignorance nous ferme bien des portes.
    Cette histoire nous rappelle que, même dans les pires moments de notre vie, il y a toujours une très belles opportunité a saisir, a condition d être humble et de reconnaitre que seul Dieu est sans taches !

Laisser un commentaire

*