X
Video séminaire sur la relation

Comment rendre nos relations plus heureuses et épanouissantes !?

Est-il possible que nos relations soient toujours épanouissantes ? Est-ce que nos relations familiales, professionnelles, amoureuses… peuvent, quoiqu’il advienne, nous aider à nous rendre plus heureux ?
Et si c’est possible, quel est le mode d’emploi ? Comment devons-nous nous y prendre ?

les relationsOn vous a certainement déjà posé cette question : si tu devais partir pour plusieurs années sur une île déserte et que tu ne pouvais emporter qu’un seul objet, que choisirais-tu d’emmener, quel objet te semble le plus important, de quoi ne pourrais-tu te passer ?

C’est une bien étrange question dont l’ énoncé,
lui-même,vous prive déjà de l’essentiel… les autres.
Car qu’il y a-t-il de plus important que les autres ? Que serait une vie sans aucune rencontre, aucun échange ? Nous avons besoin de parler, d’échanger, d’aimer, d’être aimé, de nous confronter, de nous opposer…

Nos relations familiales, amoureuses, professionnelles, amicales … sont importantes, je dirais même essentielles. Elles donnent tout le sens à notre vie. Elles nous permettent de connaître l’amour, la tendresse, l’amitié, la passion…
Mais elles sont fragiles et peuvent aussi être source de conflits, de tensions, de tristesse…

Comment rester optimiste dans nos relations, quelle que soit la tournure qu’elles prennent ?
Comment comprendre ces conflits et en faire quelque chose de positif ?

 

 
les relations 2Comment comprendre cette phrase de Jiddu Krishnamurti : « Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même. » ?

Et lorsque nous sommes en plein conflit, au bord de la rupture comment interpréter cette autre phrase de Confusius : « La joie est en tout: il faut savoir l’extraire. » ?

Il y a une petite histoire bouddhiste à ce sujet que j’aimerais vous raconter, celle d’un jeune moine qui vient trouver son maître et se plaint à lui du comportement d’un autre novice :
– Maître, j’ai besoin de votre aide, le nouvel apprenti ne cesse de me provoquer et de me mettre en colère.
– Non, répond le maître, il ne te met pas en colère.
– Si, je vous assure. Il fait sans cesse des bruits étranges et agaçants. Chaque fois que je range un objet, il prend un malin plaisir à le déplacer. Et par moment, il imite tout ce que je fais et répète ce que je dis… Il fait exprès de me mettre en colère.
– Non, lui répond à nouveau le maître, il ne te met pas en colère.
– Mais si, il le fait exprès, j’en suis sûre !
La discussion continue ainsi quelques minutes jusqu’à ce que le maître explique à son disciple :
Il ne t’énerve pas, il ne fait que réveiller la colère qui est en toi. Cette colère est à toi, elle t’appartient.
Ce qu’il dit et ce qu’il fait réveillent en toi ta propre colère. Pourquoi cela te met-il en colère ?

Ce n’est pas ce qui vous arrive qui est important, c’est la manière dont vous réagissez à ce qui vous arrive.

« Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. »
Marcel Proust

 
Prénom
Email 
Pays 

Je vais vous raconter une petite anecdote personnelle. Il y a quelque temps de ça, un couple d’amis est venu me rendre visite. Ils sont très complices, il y a beaucoup d’amour et de respect entre eux, mais ils aiment se titiller, c’est leur mode de fonctionnement.
Au cours d’une discussion, le mari dit à sa femme : tu es une vieille folle frustrée. ( hors contexte, cela peut sembler très peu sympathique, mais en réalité c’était dit avec beaucoup de tendresse).
Son épouse prend un air offensé et lui répond : non, je ne suis pas du tout frustrée.
Son mari s’étonne : c’est étrange que tu t’offusques du mot « frustrée » et pas des mots « vieille et folle »
Ce sur quoi son épouse conclut : Je sais l’âge que j’ai, je sais que je mets régulièrement des petites graines de folie dans ma vie, mais je ne suis pas frustrée.

On pourrait se contenter d’accepter la réponse de mon amie.
Mais on peut aussi chercher plus loin et se demander pourquoi elle réagit de la sorte au mot « frustrée ».

De toute évidence, elle assume parfaitement son âge et sa manière fantaisiste d’aborder la vie.
Mais il est fort probable qu’au fond d’elle-même, tout au fond dans un petit recoin sombre, se trouve une pierre qu’elle n’a jamais soulevée jusqu’à maintenant. Si elle décide de la soulever, elle découvrira probablement un secret qu’elle a caché à sa conscience. Ce secret c’est que sa vie ne corresponde pas tout à fait à ce qu’elle en espérait, qu’elle ne se sent pas totalement épanouie, qu’elle a oublié certains de ses rêves en chemin.

Tout  ce qui suscite une réaction de votre part, ce qui vous irrite, vous met en colère, vous fait peur,… est un cadeau.

En lui faisant cette remarque son mari lui a fait un cadeau : l’opportunité de se rendre compte que sa vie ne la satisfait pas totalement et de ce fait il lui donne l’occasion de changer et de rendre sa vie plus épanouissante.

Ensuite, c’est à elle de choisir :
– Elle peut ignorer cette remarque, probablement parce qu’elle n’est pas encore prête à soulever la pierre.
Mais elle sera tôt ou tard amenée à être confrontée à nouveau à cette partie encore obscure d’elle-même.
– Elle peut s’en offusquer, en être blessée. Prendre le rôle de la victime et être un peu plus frustrée qu’elle ne l’était déjà.
– Elle peut aussi se poser des questions avec sincérité : est-ce que je suis frustrée ? En quoi ma vie ne correspond-elle pas à ce que je voudrais qu’elle soit ?
Elle prend alors l’occasion de changement que son mari lui a donné.


 
Chaque fois que vous vous disputez, que vous réagissez à un mot qui vous semble dur, chaque fois que vous ressentez un sentiment de crainte, de tristesse, de colère… Vous avez la possibilité d’éclairer une petite zone qui est restée dans l’obscurité, quelque part au fond de vous.
C’est l’occasion de vous libérer un peu plus.

La phrase de Jiddu Krishnamurti : « Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même. » Prends tout son sens.
C’est par notre confrontation aux autres, que nous sommes amenés à nous libérer.

Contrairement à ce qu’a pu écrire Sartre : « L’enfer c’est les autres ». Je dirais que les autres peuvent parfois sembler être l’enfer, mais qu’en réalité ils sont des clés, des chances , des opportunités.
Ils nous donnent l’occasion de nous confronter à nous-mêmes, de nous dévoiler à nous-mêmes, d’éclaircir les petites zones de nous, restées dans l’ombre.

 « Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même
finit par arriver de l’extérieur comme un destin »
Carl Gustav Jung

PS : N’hésitez pas à vous inscrire au cours gratuit, cela pourra réellement vous aider :
http://www.accomplissement-de-soi.org/cours-gratuits.html

 

Site de conférences de développement personnel gratuit :
http://www.loptimiste.org/conference

 

Bonne route à vous tous !

À très bientôt !

Vous souhaitez être informé dès qu'un article parait sur notre site ?

 Inscrivez votre prénom et
votre adresse mail
puis validez

Cette inscription est gratuite et ne vous engage en aucune façon, vous pouvez en plus vous désabonner quand vous le souhaitez par un simple clic car tous les messages que vous recevrez comporte un lien de désinscription

100% sûr

Nous respectons votre tranquillité :

Jamais vous ne recevrez la moindre publicité, rien que des informations sur les sujets qui vous intéressent et votre adresse reste strictement confidentielle, nous ne revendons jamais les adresses des personnes qui s'inscrivent sur notre site, ce n'est pas notre politique.

oOo

Sandrine vp__
Par Sandrine Van Parys
Rédactrice pour Ressources & Actualisation

LOPTIMISTE

Pour vous accompagner
dans votre cheminement personnel
Ma Campagne
16000 Angoulême
sandrine@loptimiste.org

Comments

  1. Bonjour, votre article est très intéressant mais je n’ai pas eu l’impression d’y trouver réponse à mes interrogations.
    J’ai grandi avec un père manipulateur qui passait une bonne partie de son temps à me rabaisser, faire de grosses colères quasiment sans raison, accuser les autres de tout les maux de la terre, paranoiaque.

    Récemment, alors qu’une fois de plus il me rabaissait devant les autres, je lui ai gentiment et poliment d’arreter, que je n’avais plus envie d’etre son punching ball. Il est entré dans une rage folle, je suis partie, il m’a harcelée de messages insultants et culpabilisants , chantage affectif, et pour le moment la relation est rompue.

    Comment peut on réagir lorsque l’on est coincé dans une telle relation?

    • Bonjour,
      Lorsque l’on côtoie de telles personnes, il est difficile de concevoir que cela puisse avoir un quelconque effet positif !
      J’en ai moi-même fait l’expérience !
      Néanmoins, vous êtes ce que vous êtes aujourd’hui parce que vous avez été influencé par cet homme. Sa fréquentation vous a forcément appris des tas choses. Rien que dans les quelques lignes que vous avez écrites, cela s’entend. Malgré sa réaction violente prévisible, vous avez réussi à lui dire ce que vous pensiez, vous avez réussi à lui faire face… Vous avez appris…dans la douleur soit ! Mais vous avez cheminé grâce à lui ! Ce n’est certainement pas un cheminement facile et agréable, mais ce sont rarement les situations agréables qui nous font avancer.
      Vous me demandé comment réagir face à une telle situation : Il faut que vous trouviez VOTRE saine distance.
      Pour certaines personnes la saine distance sera la rupture complète, pour d’autres se sera une distance géographique et/ou affective…
      C’est à vous de trouver la distance qui vous convient qui vous permettra de continuer à évoluer sans souffrir !
      Gardez à l’esprit que les gens heureux n’ont pas de raison d’être agressifs peut vous aider. Si votre père est si réactif, c’est qu’il est lui-même victime de ses propres obscurcissements mentaux ! Je ne suis pas entrain de vous dire de le plaindre ou de le considérer comme victime mais d’avoir à l’esprit que lorsqu’il est désagréable…cela ne vous concerne pas, cela n’a rien à voir avec vous, c’est la manifestation de ses propres difficultés !
      Prenez bien soin de vous.

      • Merci d’avoir pris le temps de me répondre!
        C’est ce que j’essaie de faire, depuis la brouille avec mon père j’ai fait un silence radio, j’avais besoin de me retrouver un peu.
        Ca ne lui a visiblement pas plu puisqu’il m’envoit desormais des menaces en pleine nuit.
        Et ma mère , aveuglée par cette relation, me culpabilise et nie son comportement malsain.
        Je passe pour la mauvaise personne de la famille, celle qui les a rejettés, je suis vraiment désoeuvré par cette situation car j’ai l’impression que quoi que je fasse il saura retourner la situation à son avantage…

        • Vous avez raison : Il saura toujours retourner la situation à son avantage…C’est le propre des manipulateurs !
          Je ne peux rien vous répondre de plus que la première fois. Vous devez trouver votre « saine distance ». Et oui, vous passerez certainement pour la méchante, c’est le prix à payer pour vous mettre à l’abri.
          Je pense que le développement personnel pourrait vous aider, à trouver votre place, à voir la situation différemment avec plus de distance, et à ne pas vous culpabiliser.
          Voici le lien de la méthode que j’ai utilisée : http://url.loptimiste.org/devperso
          Vous pouvez aussi faire d’abord un essai avec le cours gratuit :http://www.loptimiste.org/cours-gratuits.html
          Les vécus comme le vôtre sont traumatisant, il est très difficile de s’en remettre seul, avez-vous songé à suivre une thérapie ? Je pense vraiment que cela pourrait vous aider à y voir plus clair et à prendre confiance en vous.
          Si vous voulez continué cet échange, je vous propose de me contacter par mail : sandrine@loptimiste.org
          Mes pensées vous accompagnent.

  2. Bonjour,
    Je voudrais vous partager mon histoire pour avoir votre avis. J’ai été battue par mon père dans mon adolescence, c’est quelqu’un de violent et de très agressif, maladivement jaloux. J’ai vécu dans la terreur pendant toutes ces années. Non seulement il me battait mais il ne me parlait quasiment jamais, rien de ce que je faisais ne trouvait grâce à ses yeux. Rien que des reproches, toujours des reproches, jamais de mots gentils ni d’encouragement. Cela a par la suite eu un impact très négatif sur mes relations avec les gens. Je souffre d’un terrible manque de confiance en moi, je suis très méfiante et je reste dans mon coin de peur d’être blessée ou déçue.
    Maintenant, j’ai des problèmes relationnels avec mes collègues. Les gens me voient comme quelqu’un d’associal, qui ne se lie pas parce qu’il se croit supérieur. J’ai des préjugés sur les gens, pour un peu qu’ils sont différents de moi, je les évite. De ce fait, les gens me tiennent à distance et cela me fait très mal. En même temps, je souffre de l’animosité des gens à mon égard.
    Que puis-je faire?
    Par avance merci de votre retour.
    Lisiane

    • Bonjour Lisiane,
      Habituellement, les lecteurs ne me laissent pas ce genre de témoignages sur le site, ils me les envoient par mail, je vous trouve très courageuse et je vous remercie de partager votre vécu !
      Je ne suis pas psychothérapeute, et ce que je vais vous écrire n’est donc qu’un avis parmi d’autres.
      On ne sort jamais indemne d’une relation comme celle que vous avez vécue avec votre père. Ce sont des relations destructrices dont on garde des séquelles. Certaines personnes ne survivent pas à ce genre de traumatismes…Mais vous si ! Vous avez survécu, et vous avez réussi à trouver un travail et visiblement à le garder ! Ce qui, vu votre passé est déjà formidable ! Vous avez déjà réussi à franchir pas mal d’obstacles…En avez-vous conscience ?
      Vous avez perdu confiance en l’être humain, ce qui vu ce que vous avez traversé, se comprend tout à fait ! Mais il y a autour de vous, des personnes qui vous veulent du bien, qui sont prêtes à vous faire vivre des expériences heureuses…Encore faut-il que vous les laissiez entrer en contact avec vous ! Et pour cela je pense qu’il vous faudra de l’aide. Je ne suis pas sûre que dans votre cas vous deviez commencer par une psychothérapie, cela risque d’être trop douloureux pour vous (mais encore une fois, ce n’est que mon avis). Il me semble qu’il est important que vous vous rendiez compte de tout ce qui est positif dans votre vie, de tout ce que vous avez réussi, de manière à reprendre confiance et vous rendre compte que vous êtes quelqu’un de fort, que vous pouvez compter sur vous et vos ressources ! Pourquoi ne pas prendre contact avec un centre pour femmes battues… pas pour vous raconter vos malheurs les unes les autres, mais pour vous rendre compte que vous êtes malheureusement loin d’être la seule à vivre ce genre de traumatisme, vous rendre compte également du parcours que les autres ont traversé, et des solutions qu’elles ont trouvées pour remédier à leurs blessures.
      Vous devriez essayer la méthode de développement personnel dont je parle très souvent sur ce site. Si j’en parle aussi souvent, ce n’est pas pour qu’elle soit vendue, mais parce que c’est une méthode qui peut réellement aider les gens, elle est tout à fait indiquée, je pense, dans votre cas. Elle vous permettrait d’avoir des prises de conscience tout en douceur, progressivement, et d’avoir une vision plus positive des choses, des gens, de la vie en général. Aussi difficile à imaginer que ce soit, vous pouvez faire quelque chose de positif de ce que vous avez vécu ! Mais cela vous demandera du temps, de la patience et du courage ( mais ça je sais déjà que vous en avez beaucoup )!
      Quand vous aurez repris d’avantage confiance en vous, que vous aurez appris à mieux et plus vous apprécier, vos relations aux autres vont s’améliorer d’elles-mêmes. Nous sommes avec les autres comme nous sommes avec nous-même !
      Quand vous serez mieux dans votre vie, que vous aurez de nouveaux appuis, là, si vous en éprouvez le besoin, vous pourrez suivre une psychothérapie.
      Je vous souhaite bonne route Lisiane.
      Si vous voulez poursuivre cet échange par mail, n’hésitez pas à m’écrire : sandrine@loptimiste.org

  3. YOUSSOUPH DIEME says:

    Bonjour Sandrine
    je vous remercie beaucoup.Je vous souhaite du bonheur.

Laisser un commentaire

*